Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

- Page 2

  • On s’y croirait presque

    Il est des jours de grâce où le paysage s’offre comme un cadeau. Sans doute le méritions-nous en ces moments où toutes nos pensées étaient en osmose avec le jardin, impatients que nous étions de préparer ce printemps dont on sent déjà dans l’air, quelque chose d’ineffable malgré la neige qui peine à fondre. Passant la Chaise Dieu pour descendre sur la vallée de l’Allier, surgissant de la brume lointaine, s’élevant vers l’azur : le Sancy, point culminant du Massif central.

    P1020236.JPG

    Lire la suite

  • Au bonheur des jardins d'autrefois

    Neige fondue et boue glissante permettaient d’envisager un temps au jardin mais comme il n’y a pas de véritable fenêtre météo sur notre massif, et en dépit de notre coup de « folledingoterie » horticole qui nous a  fait planter (sous une pluie fine qui tourne en neige !) trois ajugas  reptans qui nous avaient séduits dans le jardin de Berthille et que la fée Clochette nous avait suggérés à l’oreille…Je vous ai préparé les trois bons génies du jardin, lus, relus, explorés, oubliés et repris. Trois bouquins donc, des qui font rêver dès qu’on les ouvre et qui font que l’on se dit «  Je suis foutue ! »

     

    Lire la suite

  • Qui habite ici ?

    Depuis que nous avons jeté notre dévolu sur cette maison, ce terrain, je constate un fait marquant : il existe un peuple des jardins !

    P1020180b.jpg

    Lire la suite

  • Destins croisés

    Doublement inspirée par la neige immobile et les blogs de Passiflore and co, je me suis surprise aujourd’hui à scruter le dépôt qui trônait à l’extérieur du cimetière d’un petit village où nous étions allés déjeuner…

    Lire la suite

  • Comme un arbre dans la ville

    Je suis né dans le béton… disait la chanson.

    P1020208.JPG

    Lire la suite

  • Silence

    « Il y  avait un beau silence, puis la glace craquait. Depuis longtemps, la forêt était arrêtée  là-haut, dans la montagne…. Elle attendait…

    Elle ne savait plus ni bouger, ni souffler, ni se retrousser pour que le vent la gratte, ni rien… Un beau matin, la forêt abaissa dans la neige son front aux larges cornes comme un grand cerf fatigué…. »

     

                                                                                      Jean Giono

    Rondeur des jours

    Lire la suite